Comité de pilotage du 23 février 2016

[su_box title= »Présents » box_color= »#14749F »]Philippe Aldon, Directeur délégué aux affaires Internationales et européennes – CNED, Catherine Becchetti-Bizot, Inspectrice générale de l’Education nationale, chargée de mission – MENESR, Roland Biache, Délégué général – Solidarité laïque, François Bocquet, Chargé de la prospective au NumériLab – DNE (MENESR), Jean-Claude Chapu, Adjoint au Directeur de l’ESENESR, Marie-Christine Clément Bonhomme, Directrice – Direction du développement international – CANOPE, Damien Durand, Chef du service pédagogique – AEFE, Brigitte Esteve Bellebeau, IA-IPR de philosophie, référente laïcité – Académie de Poitier, Lionnel Jeanneret, IA-IPR EVS – Académie de Dijon, Lydie Khoudja, Rédactrice et correspondante Mlf – DGM (MAEDI),  Mireille Lamouroux, Chargée de mission – DNE (MENESR), Guillaume Lion, Délégué académique au numérique – Académie de Dijon, Hubert Oudin, IA-IPR honoraire – correspondant pour l’académie de Reims des actions Mlf-Reims, François Perret, Secrétaire général adjoint – Mlf, Thérèse Pujolle, Administratrice, instances Mlf, Anna-Livia Susini, Chef du département Europe et International (DEI), Alice Tawil, Responsable Pays Maroc – Solidarité laïque, Eric Tosatti, Chef de pôle de l’enseignement français et de l’enseignement bilingue auprès de la mission de langue française et de l’éducation – DGM (MAEDI), Nelson Vallejo-Gomez, Conseiller auprès du président de la FMSH, Claude Valtat, IPR économie-gestion – correspondante pour l’académie de Dijon des actions Mlf-Dijon, Anne-Marie Vrigneau, DAREIC – Académie de Poitiers.[/su_box] [su_box title= »Siège Mlf » box_color= »#14749F »]Jean-Christophe Deberre, Directeur général, Michel Bur, adjoint au Directeur général, Danielle Petit, adjointe au directeur général, Laurent Batut, chargé de mission, Jacky Morelet, chargé de mission, Dominique Collado, chargée de mission, Aude Buclon, chargée de communication, Léa Attar, chargée de l’événementiel, Julie Itchah, assistante de direction, Abrar Sairafi, stagiaire pôle communication.[/su_box]

Introduction du directeur général de la Mlf

Le fil rouge du congrès suivra les principes suivants :

  • affirmer l’identité du système scolaire français au travers de la construction de la citoyenneté (fruit de l’histoire de notre pays), ne pas renier la vertu de l’exemple, notamment dans la relation que notre école construit entre les savoirs et la croyance ou la foi (l’introduction à la notion de laïcité n’en sera pas absente au risque de faire l’impasse sur l’originalité de l’histoire de notre propre système scolaire) ;
  • valoriser la pédagogie des disciplines (humanités et sciences) et des projets interdisciplinaires comme facteurs de réflexion, d’élaboration et de confrontation intellectuelle et culturelle, personnelle et collective autour de la responsabilité, enfin comme ferment d’un esprit critique essentiel à l’autonomie, la créativité, la liberté du jugement ;
  • construire un humanisme, base de la citoyenneté : « c’est l’attention prioritaire donnée à l’expérience humaine dans sa diversité et ses contradictions. C’est le souci de trouver le sens de ce qui advient autour de nous. C’est la volonté de percevoir, sous le présent, une épaisseur historique, et de formuler un projet de vie qui impliquera une politique » (Starobinski, repris dans la note de l’inter-groupe de l’IGEN de 2011 sur humanité modernes) ;
  • concevoir un parcours citoyen qui ne fasse l’impasse ni sur le respect, donc la connaissance, des éléments fondamentaux d’une citoyenneté nationale, ni sur la maîtrise de ceux qui constituent l’appartenance à la communauté humaine (Droits et institutions, échanges économiques et humains, environnement et vie de la planète, etc.) ;
  • coupler ce parcours avec la construction des compétences ; laisser toute leur place aux nouveaux langages et à la pratique des médias et du monde de l’information.

Mais pour que le congrès aide à l’élaboration d’une méthode permettant d’inscrire pleinement la construction citoyenne dans le projet de l’établissement, les questions suivantes, comme autant d’exercices, seront ouvertes, de sorte que les principes s’incarnent dans la réalité de notre pédagogie : car loin de promouvoir un « credo » citoyen déterritorialisé, le congrès s’attachera à démontrer que c’est toute notre pédagogie qui a pour finalité la naissance de la citoyenneté :

  • Comment faire de l’élève un acteur et comment d’abord en donner une image en congrès par le débat, le recueil de paroles, d’images, l’art de la synthèse et la production de journaux, qui ne soit ni de convenance, ni d’artifices ?
  • Comment constituer une communauté effective d’acteurs autour de l’éducation et donc de l’élève, et l’impliquer dans cette ambition citoyenne : comment penser la place des parents dans la co-construction, du contrat initial aux modalités d’association de ce que l’on aimerait être une « communauté parentale », gage d’acceptabilité, de fluidité entre école et vie sociale ? En ayant conscience que doivent être évités l’illusion de l’appropriation démocratique immédiatement disponible au « bien public » qu’est l’école, et corollairement le risque des manipulations et de dévoiement de cette démocratie pour des intérêts strictement matériels ou personnels au détriment des finalités de l’enseignement ?
  • Comment tester la méthode d’un « memento de construction citoyenne » pour mobiliser l’équipe éducative sur les éléments fondateurs d’une intervention collective juste, respectueuse du contexte, mobilisatrice de l’expertise locale ; comment élargir l’EMC à une formation globale, faisant de l’école l’antichambre ou un laboratoire de la citoyenneté (connaissance, comportement individuel à l’école, participation à la vie collective et pratique de l’engagement) ;
  • Enfin, et comme conséquence de toute cette démarche, s’essayer à valider les conditions de possibilité d’un mode de reconnaissance par les pairs de la pratique citoyenne à l’école pour ainsi éviter l’injonction paradoxale qui en ferait une obligation scolaire évaluable, au mépris du parcours d’acquisition de la responsabilité et de l’autonomie.

Carte mentale du 3e comité de pilotage du congrès Mlf/OSUI 2016

Congrès Mlf/Osui Casablanca en partenariat avec

  • Ministère de l'Education nationale
  • Ministère des Affaires étrangères
  • AEFE
  • Dijon
  • Paris
  • Poitiers
  • Reims
  • Esenesr
  • CIEP
  • Cned
  • Canopé
  • FMSH
  • Solidarité laïque

et la contribution et la participation de

  • Aflec
  • Capitaine Alexandre
  • Mission Centenaire
  • Clemi Dijon
  • Compagnie du Coléoptère
  • CNDH
  • Educarte
  • IB
  • Kairos
  • Ouat
  • Unesco
  • Wild Touch